dimanche 30 avril 2017

Bilan du mois d'avril 2017

Films vus au cinéma, par ordre de préférence


The Lost City of Z de James Gray ****
Ghost In The Shell de Rupert Sanders ****
Life : Origine inconnue de Daniel Espinosa **(*)

Scarlett Johansson dans Ghost in the Shell


Mon Top 4 des autres films


Divines (2016) de Houda Benyamina ***
Le client (2016) d'Asghar Farhadi ***
Ghost in the Shell 2: Innocence (2004) de Mamoru Oshii ***
Copland (1997) de James Mangold ***
Le sacrifice (1986) d'Andreï Tarkovski ***
2010 : L'Année du premier contact (1984) de Peter Hyams **(*)
Esclave de l'amour (1976) de Nikita Mikhalkov ****
Le prêteur sur gages (The Pawnbroker, 1964) de Sidney Lumet ***
Quand passent les cigognes (1957) de Mikhail Kalatozov ***
New York - Miami (It Happened One Night, 1934) de Frank Capra  ****
La Grande Muraille (The Bitter tea of General Yen, 1933) de Frank Capra ****
Morocco (1930) de Josef von Sternberg ****

Marlene Dietrich, photo prise pour la promotion de Morocco



Je les ai revus / Mes préférés


Ghost in the Shell (1995) de Mamoru Oshii ****
Beetlejuice  (1988) de Tim Burton ****
Alien, le huitième passager (1979) de Ridley Scott ****
Superman (1978) de Richard Donner ***
Les Frissons de l'angoisse (Profondo rosso, 1975) de Dario Argento ***
Le miroir (1974) d'Andreï Tarkovski ****
Nos plus belles années (The Way We Were, 1973) de Sydney Pollack ***
2001, l'Odyssée de l'espace (1968) de Stanley Kubrick ****
Les nerfs à vif (Cape Fear, 1961) de Jack Lee Thompson ***


Sigourney Weaver en hibernation dans Alien, le huitième passager
 



J'ai bien aimé / Lectures


Journal 1970-1986 d'Andreï Tarkovski **(*)
Le Temps scellé d'Andreï Tarkovski ****
Tarkovski, Collectif  ****
Récits de jeunesse d'Andreï Tarkovski **(*)
Bruits du cœur de Jens Christian Grøndahl  ***
Histoire de la pensée : D'Homère à Jeanne d'Arc de Lucien Jerphagnon ***

Collection Apprendre à philosopher, Aristote
Collection Apprendre à philosopher, Voltaire
Collection Apprendre à philosopher, Kant
Collection Apprendre à philosopher, Socrate


16 commentaires:

  1. 'The Way We Were' Ah que voili un beau & grand film & ne jolie mélodie, Pollack, Redford & Barbra quoi ....
    'Les souvenirs Illuminent les recoins de mon esprit
    Souvenirs d'aquarelle brumeuses de ce que nous étions ....... '
    PS / Vu hier soir 'Gold', c'est rien de dire que j'en ai pas eu pour mon argent, les films forestiers finalement c'est très chiant.
    Belle journée Miss :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce film aurait pu être un grand film si Pollack n'avait pas été obligé de faire des coupes drastiques sur les passages dénonçant le maccarthysme. Du coup, on se retrouve avec un gruyère (certes, un gruyère d'alpage, mais un gruyère quand même) et on sent vraiment qu'il manque des scènes de transition. Et c'est d'autant plus rageant quand on voit à quel point Barbra se donne corps et âme dans ce film. Elle est resplendissante, et même le beau Redford a du mal à tenir la comparaison (il faut dire que son personnage est bien moins consistant, même s'il avait demandé au réalisateur de l'étoffer par rapport au scénario original). Sinon, quel plaisir de revoir ce film :-)

      Ah, Gold, le voir au cinéma ne m'a même pas effleuré. Matthew McConaughey peut être un très bon acteur quand il est bien dirigé mais il cabotine aussi beaucoup quand il est laissé en roue libre et j'ai cru comprendre que c'était le cas dans ce film. Si ça se trouve, tu aurais préféré Ghost... à Gold, même si ce n'est pas ton genre à la base ;-)

      Très belle journée Mister Ronnie !

      Supprimer
  2. Que de belles toiles ! Et quelle rétrospective de chef d'œuvres !
    New York-Miami (mais qui fait le trajet inverse) m'a laissé un grand souvenir, ne serait-ce que les jolies gambettes de notre Claudette de Saint-Mandé.
    "les nerfs à vif" est aussi un souvenir gravé, au Noir et Blanc hitchockien que Scorsese avait su magnifier en un feu d'artifice de couleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claudette Colbert et le beau Clark Gable, un couple qui fait des étincelles ! Et si tu en as l'occasion, ne loupe pas The Bitter tea of General Yen (idiotement traduit en français par La Grande Muraille) du même Frank Capra. Je m'attendais à voir un "petit" film du réalisateur, mais il vaut bien plus que cela. On connait déjàbien Barbara Stanwyck mais j'ai découvert l'acteur Nils Asther, un acteur suédois d'origine danoise qui m'a épatée par la sobriété et l'intériorité de son jeu. Pour un peu et moi aussi je tombais amoureuse ;-) Et dire que le film a été longtemps interdit par la censure dans de nombreux pays. On retrouve également l'excellent Walter Connolly dans les deux films.

      J'ai d'abord vu Les nerfs à vif de Scorsese (au cinéma, je me souviens encore des gros plans sur les pecto musclés et tatoués de Robert De Niro) et seulement bien des années plus tard l'original de Jack Lee Thompson. J'ai un gros faible pour l'interprétation de Robert Mitchum. Mais je suis très fan de Mitchum aussi.

      Supprimer
  3. J'ai trouvé que Nos plus belles années avait très mal vieilli. Et les gros plans contractuels sur les mains de Barbra m'ont fait rigoler.

    Il était beau gosse le Tarko.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons qu'il est marqué par son époque. A la fin du film, on s'est regardé mon mari et moi et on s'est demandé si on n'avait pas loupé quelques épisodes, tellement tout semblait ramassé sur la fin. Je me suis renseignée ensuite et j'ai appris que le film avait été censuré, d'où de nombreuses scènes manquantes. Et bien, cela se voit.

      Supprimer
  4. Hello. Je dis un tout petit mot de Morocco très bientôt. A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle bonne idée :) En fait, je me suis achetée le Coffret Marlene Dietrich (six DVD) et je compte bien me régaler dans les semaines qui viennent. A bientôt donc !

      Supprimer
  5. Effectivement que de grands classiques tu as vu ce mois-ci Sentinelle ! Tarkovsky, Sternberg, Kalatozov, Capra, Kubrick, Lumet, et Pollack, Argento et Scott dans leurs grandes années, waouh, je t'envie ! Et maintenant, il faut que tu écrives 20 chroniques que nous attendons avec impatience. :D ;)
    Strum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh.... :D

      J'ai dû voir deux ou trois films pas très intéressants au début du mois d'avril, alors je me suis dit que c'était peut-être le moment de se faire plaisir en revoyant quelques films à la télé ou en piochant dans mes DVD et j'ai bien fait :-)

      Supprimer
  6. Hello Sentinelle !

    Ma foi, que de beaux programmes tu as vus ce mois-ci ! Je retiens tout particulièrement "New York Miami", le plus vieux film oscarisé que je connaisse. Quel régal !

    Les trois films que tu as vus au cinéma, je les ai vus aussi. J'en parle... prochainement. Il faudra être un peu patient(e) pour deux d'entre eux... ;-)

    Sur les livres, je note le retour de ton cher Andreï. Existerait-il un livre biographique que tu pourrais conseiller à un profane comme moi ?

    Amitiés et bonne suite de semaine, chère amie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle coïncidence, nous avons vu les mêmes films au cinéma ! Je te lirai avec curiosité, même si je sais déjà que tu as bien apprécié Ghost in the shell ;-)

      Concernant les livres, pas d'hésitation, je te conseille Le Temps scellé d'Andreï Tarkovski, publié en poche dans la collection Fugues chez l'Editeur Philippe Rey. Suivi du collectif sur Tarkovski, publié cette année aux Editions de Corlevour. Les deux autres sont vraiment à réserver aux aficionados de mon genre ;-)

      Amitiés et très bonne continuation cher ami cinéphile !

      Supprimer
    2. Je renchéris sur Le Temps scellé, livre formidable.
      Strum

      Supprimer
    3. Tout à fait, Le Temps scellé est vraiment LE livre à conseiller. Ceci dit, et j'insiste là-dessus, il vaut mieux voir ses films par soi-même dans un premier temps. Et ensuite creuser et lire ce qu'il en dit dans un deuxième temps, pour enrichir sa propre vision avec celle des intentions du réalisateur. Ce serait vraiment dommage de faire l'inverse, tu limiteras ton propre champ d'investigation et je trouve qu'une des richesses des films du réalisateur est justement celle de nous laisser la possibilité de vagabonder selon notre bon vouloir, pour peu qu'on "entre" dans ses films, bien évidemment.

      Supprimer
  7. Raaah The Lost City of Z, mon coup de coeur de l'année !
    Beetlejuice, un de mes Burton préférés !! :D
    2001 l'Odyssée de l'espace : masterpiece. Voilà. Un mot ! :D
    Les Frissons de l'angoisse, quelle belle surprise ! Je veux voir d'autres films d'Argento (allez, dans l'année, je regarderai Suspiria !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beetlejuice est également un de mes Burton préférés. Lorsqu'on regarde l'ensemble de sa filmographie, je suis un peu triste tant j'ai le sentiment qu'il s'est un peu/souvent égaré. Ou alors qu'il a été un peu surestimé. J'ai deux autres DVD de lui à la maison, Edward aux mains d'argent (plus vu depuis un bail) et Les Noces funèbres. Deux excellents souvenirs que je reverrai probablement dans les mois qui viennent.

      2001 l'Odyssée de l'espace : masterpiece. Voilà, tout est dit :)

      Ah Suspiria, mon préféré d'Argento. Je l'ai en DVD, je l'ai vu et revu mais pas ces dernières années. Il est aussi sur ma liste des films à revoir prochainement !

      Supprimer