mercredi 10 septembre 2014

Enemy de Denis Villeneuve

Enemy de Denis Villeneuve
Avec Jake Gyllenhaal, Mélanie Laurent, Sarah Gadon
Canada, Espagne - 2013


Synopsis

Adam, un professeur divorcé, mène une vie tranquille avec sa fiancée Mary. Il découvre son double parfait en la personne d'Anthony, un acteur qui habite avec son ex-femme, près de chez lui. Adam commence à observer son double, avec l'intention de maintenir une certaine distance, mais très vite la vie des deux couples s'entremêle, au point de les précipiter dans une lutte à l'issue tragique, dans laquelle seul l'un des deux couples survivra...


Mon avis

Le nouveau long métrage de Denis Villeneuve, qui change radicalement de registre par rapport à son précédent film, explore essentiellement les arcanes psychiques d'un homme qui perd pied et s'enfonce dans sa psychose. 


Attention Spoiler !!!

Un homme partagé entre sa prochaine paternité et sa liberté sexuelle, un homme qui aimerait se ranger mais qui éprouve bien du mal à museler sa libido. Ses pulsions sexuelles, qui à défaut de s'exprimer depuis la grossesse de sa femme, prennent alors des détours multiples : refoulement, délires, projections, hallucinations, phobies et rêves récurrents. Cette tension aiguë,  entre cette libido qu'il n'arrive pas vraiment à brider et l'acceptation des injonctions morales qu'il aimerait s'imposer, le conduit progressivement à la folie en le confrontant à son double, cet ennemi  qui  n'est autre qu'une projection de lui-même, son "mauvais moi". 

Fin du Spoiler !!!

Ce film à des accents lynchiens indéniables, jusqu'au sujet même qui est celui de la difficulté d'assumer sa future paternité, un thème déjà présent dans Eraserhead de David Lynch, même si traité de manière totalement autre.

Enemy est un film d'ambiance sourde qui rend très palpable le malaise et la folie d'Adam (Jake Gyllenhaal) mais aussi un film qui triture méchamment les neurones pour essayer de déchiffrer ce que le réalisateur veut nous dire, tout en prenant largement le risque de paumer complètement le spectateur pour peu qu'il ne soit pas attentif au moindre détail et à quelques dialogues lourds de sens. Avoir quelques bonnes notions de psychologie et de psychanalyse constituant sans aucun doute de bons atouts pour y comprendre quelque chose. 

Si j'ai aimé l'ambiance et la subtilité du propos, je n'ai pas pu m'empêcher de trouver cet exercice de style assez ennuyeux et d'une lenteur étouffante. Je suis donc très partagée quant à ce film, entre un  ennui poli et l'analyse fascinante d'un homme qui se perd dans les méandres de la folie.



Du même réalisateur, à lire sur ce blog :

* Prisoners
* Premier contact


6 commentaires:

  1. Bonjour Sentinelle, merci pour ces éclaircissements qui me fait dire qu'au bout du compte, le film ne m'a pas trop intéressée et c'est bien dommage mais je continuerai à voir les films suivants de Villeneuve, je verrai bien. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dasola et merci pour ton passage. Je te souhaite une excellente journée également.

      Supprimer
  2. bonjour,
    j'ai profité de ton adresse sur le blog de Dasola pour venir comparer sur le tien si on avait la même interprétation de ce scénario
    ton blog a une très belle tenue c'est clair et joliment illustré
    bonne continuation

    RépondreSupprimer
  3. Bienvenue sur ce blog Alex-6. Je vais aller lire de suite ton billet pour connaître ton interprétation. Cela dit, je ne livre que ce que j'ai perçu du film, n'ayant pas pris la peine de me renseigner auprès d'éventuelles interviews du réalisateur pour m'assurer si elle est juste ou non. A bientôt j'espère.

    RépondreSupprimer
  4. merci pour tes commentaires sur ce film vraiment compliqué De temps en temps ça ne fait pas de mal d'avoir ce genre de labyrinthe cinématographique. (j'ai rentré ton blog en favori ça me permettra à moi aussi de revenir)
    à bientôt donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais faire de même. A bientôt ! :-)

      Supprimer