mardi 9 février 2016

Extrait : Siddhartha d'Hermann Hesse


Je suis capable d’aimer une pierre, Govinda, un arbre et même un morceau d’écorce. Ce sont des choses et on peut aimer les choses ; mais ce que je suis incapable d’aimer, ce sont les paroles. Et voilà pourquoi je ne fais aucun cas des doctrines. Elles n’ont ni dureté, ni mollesse, ni couleur, ni odeur, ni goût, elles n’ont qu’une chose : des mots. Peut-être est-ce pour cela que tu n’arrives pas à trouver la paix ; tu t’égares dans le labyrinthe des phrases ; car, sache-le, Govinda : ce qu’on appelle Délivrance et Vertu, même Sansara et Nirvana, ce ne sont que des mots. Il n’y a rien qui soit le Nirvana ; il n’y a que le mot “Nirvana”. 
[…] 
Govinda lui dit : « Mais est-ce là ce que tu appelles “les choses”, c’est-à-dire le réel, l’être ? 
[…] 
Analyser le monde, l’expliquer, le mépriser, cela peut être l’affaire des grands penseurs. Mais pour moi il n’y a qu’une chose qui importe, c’est de pouvoir l’aimer, de ne pas le mépriser, de ne le point haïr tout en ne me haïssant pas moi-même, de pouvoir unir dans mon amour, dans mon admiration et dans mon respect tous les êtres de la terre sans m’en exclure. 
[…] 
Même chez Celui-là, qui fut ton maître, le plus grand parmi les maîtres, la “chose” a plus de valeur à mes yeux que les paroles, sa manière de vivre et d’agir a plus de poids que ses discours, le seul geste de sa main plus d’importance que ses opinions. Ce n’est pas dans les discours ni dans le penser que réside sa grandeur ; mais dans ses actes de la vie.

Siddhartha d'Hermann Hesse (1922)

6 commentaires:

  1. Bonsoir Sentinelle,

    Un des plus beaux Hermann Hesse ! Je l'avais lu en même temps que Le Loup des Steppes et Demian et je garde un beau souvenir des trois. Chouette, cette idée de poster des extraits de livres.

    Strum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Strum,

      Ce roman m'a accompagnée plusieurs jours, et ce presque toujours avant de tomber dans les bras de Morphée. Je l'ai donc lu avec parcimonie, dans la mesure où il est court mais intense.

      De l'auteur, je n'avais lu auparavant que Le Curiste, qui fut une très agréable lecture. Savais-tu que l'auteur le considérait comme un de ses meilleurs livres ? J'en parle plus en détail ici : http://livresque-sentinelle.blogspot.be/2011/06/le-curiste-de-hermann-hesse.html

      Le Loup des Steppes et Demian sont évidemment bien repris sur ma liste des livres à lire.

      Quant aux extraits, je n'ai vraiment pas le temps de commenter tous les livres/films/DB du mois. Alors j'essaye tout de même de laisser de temps à autre une petite trace de mes lectures lorsque je déniche un passage particulièrement intéressant qui éclaire assez bien l’œuvre en question.

      Je te dis à bientôt Strum :)

      Supprimer
  2. Bonsoir Sentinelle, je n'ai pas lu Le Curiste, mais je suis bien tenté maintenant, merci (d'autant plus si Thomas Mann, un de mes écrivains fétiches, aime le livre !)

    Strum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ici aussi Strum :)

      Ah oui, Thomas Mann lui rend un bel hommage. J'imagine qu'il n'a pas été dépaysé non plus par le paysage que lui présentait Hermann Hesse. Cela me rappelle que je n'ai toujours pas lu La montagne magique, mais sa réputation le précède (lent à lire et volumineux). Je me le réserve donc pour plus tard ;-)

      Supprimer
  3. La Montagne Magique... Settembrini, Hans Castorp, Claudia Chauchat, Naphta... je l'ai lu il y a vingt ans et je m'en souviens presque comme si c'était hier. Qu'est-ce que j'ai aimé ce livre. Un de mes dix livres préférés, tout simplement. C'est un livre contemplatif, et il faut trouver le temps de le lire, c'est sûr, mais le jeu en vaut largement la chandelle. So little time yet so many things to do! :)

    Strum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un de tes dix livres préférés, rien de moins ? Voilà qui laisse songeur... je vais essayer de le lire dans un avenir pas trop lointain alors ;-)

      Supprimer