mardi 7 janvier 2014

Roberto Innocenti au festival des illustrateurs de Moulins


C'est malheureusement avec un peu de retard que je vous parle de l'exposition de l'illustrateur Roberto Innocenti, qui était à l'honneur au festival des illustrateurs de Moulins en Auvergne, du samedi 28 septembre 2013 au dimanche 12 janvier 2014. Dépêchez-vous, il vous reste encore quelques jours pour y aller !

À Moulins, Roberto Innocenti présentera environ 180 planches illustrant neuf albums : Rose blanche (1985) Pinocchio (1988), Chant de Noël (1991), L'Auberge de nulle part (2002), de L'Étoile d'Érika (2003), La Maison (2009) ou La petite fille en rouge (2013).

Quelle merveilleuse découverte que fut pour moi les oeuvres de Roberto Innocenti  ! Je ne peux pas m'empêcher de déplorer la perte des détails, des couleurs, des lumières qu'on retrouve dans les originaux et qu'on perd malheureusement dans la reproduction lors de l'édition en album, quel dommage.

Il faut donc impérativement aller les voir pour goûter tous les détails, nuances de couleurs, finesse des dessins.Certaines planches font penser à Bruegel, ni plus ni moins.

Quelques albums :

 Les aventures du Pinocchio - 1988















L'Auberge de Nulle Part - 2002

Un illustrateur, qui n'est autre que Roberto Innocenti, part à la recherche de son imagination perdue et se retrouve devant une étrange auberge battue par les flots. Les clients ont tous quelque chose de particulier et, en même temps, un petit air qui nous est familier : un marin à la jambe de bois, une frêle jeune fille qui semble cacher une queue de poisson sous ses dentelles, un aviateur dont l'avion s'est écrasé dans les dunes, un chevalier à la triste figure… Il s'agit bien sûr de quelques-uns des plus célèbres héros littéraires de notre enfance. Tous semblent en quête d'une partie d'eux-mêmes.








L'étoile d'Erika

Entre 1933 et 1945, six millions de Juifs furent tués. Cette histoire relate l’histoire d’une femme, Erika, ayant échappé par miracle à l’Holocauste... grâce à sa mère. Prisonnière d’un wagon bondé se dirigeant vers Mauthausen, celle-ci a en effet pris une décision d’un courage inouï : elle a jeté son bébé par la fenêtre pour le propulser hors du train, vers la vie. Aujourd’hui, l’enfant a grandi et l’auteur lui donne la parole. Après la sortie en mars dernier du recueil Les enfants du silence (écrit par Jean-Pierre Guéno et illustré Olivier Latyk), les éditions Milan publient L’étoile d’Erika, un album-phare qui témoigne d’un fait réel, le destin poignant d’une femme rescapée des camps de la mort.





 La petite fille en rouge - 2013

Sophia demeure avec sa mère et sa sœur près d'une forêt de béton et de briques : une ville moderne. Pour aller voir sa mamie, de l'autre coté de la forêt, elle doit traverser «le Bois», un endroit magique (un centre commercial) où l'on peut se procurer tout ce dont on rêve. Mais, étourdie par les couleurs et le bruit, elle perd son chemin. Un chasseur souriant se présente, chevauchant une moto noire. Sophia lui parle de sa grand-mère dans sa petite maison... Sur la voie rapide, le chasseur quitte Sophia, prend un raccourci et arrive le premier chez la grand-mère.Imaginez la suite...






Roberto Innocenti est né en 1940 à Bagno a Ripoli (Florence). Autodidacte, il est tour à tour vendeur dans une galerie d'art, graphiste publicitaire, affichiste, et se consacre aujourd'hui à l'illustration. Il collabore à de nombreuses maisons d'éditions internationales. Très célèbre en Italie, Roberto Innocenti a d'abord été publiciste pour des magazines de luxe et affichiste pour le cinéma et la théâtre. Il sait traduire avec pudeur le choc émotionnel des enfants, soudain confrontés à l'absurdité des violences cruelles de certains adultes à leur égard. Il a évoqué un souvenir de son enfance dans Rose Blanche publié par Etienne Delssert à Lausanne. Il a également renouvelé l'approche du récit de Pinocchio. En accentuant notamment le réalisme des décors et du village dans lequel Carlo Collodi avait situé les aventures de son héros, et en introduisant dans sa mise en image un décalage visuel entre personnages "fictifs" (le pantin) et personnages de chair, il met soudain en évidence tous les aspects de critique sociale que le journaliste Carlo Collodi mêlait subtilement à la fantaisie de son récit. 

Source
Bibliographie complète

1985 Rose blanche
1988 Les Aventures de Pinocchio
1990 Cendrillon
1991 Un chant de Noël
1996 Casse-noisette
2002 L'Auberge de nulle part
2003 L'Étoile d'Erika
2009 La Maison
2013 La petite fille en rouge

Le Prix Hans Christian Andersen lui a été décerné en 2008 pour l'ensemble de son œuvre. 

2 commentaires:

  1. Magnifique !
    Je ne connaissais pas mais, à défaut de voir l'expo, je vais m'intéresser de près à ces albums.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas Brize, tu ne seras pas déçue !

      Supprimer