dimanche 16 mars 2008

La malédiction d'Edgar de Marc Dugain

Marc Dugain nous entraîne dans l'histoire de l'Amérique du vingtième siècle par l'entremise de la découverte d'un manuscrit qui se trouve être les mémoires s'échelonnant de 1932 à 1972 de Clyde Tolson, l'homme de main et l'amant discret du légendaire patron du FBI.

John Edgar Hoover se trouve être un homme imbuvable qui est arrivé à satisfaire sa soif de pouvoir en se maintenant à la tête du FBI pendant près d'un demi-siècle. Car contrairement aux élus du peuple, Edgar refuse de se soumettre aux aléas des élections. Pour cela, il se livre à diverses manigances peu recommandables (écoutes téléphoniques, dossiers secrets, filatures) afin de disposer comme il l'entend d'éléments susceptibles d'être utilisés à charge des personnes surveillées en n'hésitant pas à recourir au chantage si besoin est afin d'asseoir son pouvoir à tous les niveaux.

Aussi, divers présidents viendront à défiler sur le devant de la scène (Roosevelt - Eisenhower - Ford - Nixon - John Kennedy) pendant qu'Edgar tire les ficelles en coulisse en fonction de ses intérêts et ceux de la nation comme il aime le faire croire à qui veut l'entendre. Outre les présidents, nous retrouvons toute une galerie de personnalités : le patriarche Joe Kennedy, son fils Bob Kennedy et l'actrice Marilyn Monroe. Les moments forts de la politique américaine ne seront pas en reste : la chasse aux sorcières initiée par McCarthy, Cuba, la CIA sans oublier la mafia, qu'Edgar se gardait bien de déranger d'ailleurs.

Marc Dugain nous présente donc une Amérique aux multiples visages dont une des figures centrales n'est autre que le peu recommandable John Edgar Hoover, personnage contradictoire qui se voulait le garant de la moralité américaine alors qu'il n'hésitait pas à recourir aux méthodes les moins orthodoxes pour parvenir à ses objectifs non moins avouables. C'est intéressant, caustique, très bien fichu et on ne s'ennuie pas une seconde !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire