mardi 25 juin 2013

Les mille automnes de Jacob de Zoet

Quatrième de couverture

Dejima, comptoir de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, ou la promesse d'une fortune facile. Jeune clerc, Jacob de Zoet débarque sur l'île en 1799, bercé par l'espoir d'un mariage à son retour. Là, il est comme envoûté par Mlle Aibagawa, douce sage-femme au visage étrangement brûlé. Or la demoiselle est enlevée sous ses yeux par le diabolique Enomoto et conduite sur le mont Shiranui...

J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire ce roman d’aventures historiques. Quelques touches d’humour et pas mal de découvertes en ce qui me concerne comme cette île artificielle Deshima (ou Dejima) dans la baie de Nagasaki où seuls les Néerlandais de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales avaient le droit de commercer avec l’archipel nippon de 1641 à 1853 (faisant suite à la politique isolationniste du Japon à cette époque). Seule porte ouverte sur le monde, c’est par cette archipel commercial que les japonais ont pu découvrir les évolutions scientifiques et médicales du monde occidental à travers les Études hollandaises (le Rangaku).

Un roman foisonnant, plein de personnages haut en couleurs, parfois amusant, intriguant, instructif bref un très bon roman d'aventures.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire